A la rencontre d’un forestier

Le forestier, vous l’avez peut-être déjà croisé au détour d’une promenade à pied en forêt, d’une virée sur la Vélodyssée ou d’une balade à cheval dans les bois… Moi, je l’ai rencontré au Pays de Saint Jean de Monts !

Le rendez-vous était donné : 14h à Biotopia (« le monde du littoral et de la forêt », on ne peut pas faire beaucoup mieux pour une telle rencontre !) Nous étions une 20aine de personnes, toutes aussi curieuses les unes que les autres d’en savoir plus sur la forêt, sa création, sa gestion, sa biodiversité… Guillaume nous a rejoint. Tout de vert vêtu. Pas de doute, c’est bien lui le forestier ! L’uniforme de l’Office National des Forêts ne trompe pas.

La forêt est en constante évolution et, aujourd’hui, c’est dans sa partie nord que Guillaume a souhaité nous emmener. Nous prenons donc la voiture, direction La Grande Côte à La Barre de Monts. Parfois, la balade se fait directement au départ de Notre Dame de Monts.

forêt

Baskets aux pieds, nous sommes prêts !

Avant de partir, Guillaume nous précise que la forêt domaniale des Pays de Monts est récente. Les premiers boisements ont été plantés autour des années 1850 (hé non, Dame Nature n’est pas à l’origine de cette belle forêt…). Aujourd’hui, elle s’étend sur 2 260 hectares, de Fromentine jusqu’à Saint Hilaire de Riez.

J’ai hâte que l’on s’enfonce en forêt, au milieu des vertigineux pins maritimes ! Mais, après quelques centaines de mètres, je déchante : des arbustes riquiquis ! Guillaume nous explique que nous sommes ici face à une parcelle en régénération naturelle. Le « vide » n’est qu’apparent. En réalité, le sol regorge de semis, de petites graines qui deviendront de grands arbres ! Je ne vous en dis pas plus, Guillaume vous en parlera beaucoup mieux que moi…

Promenons-nous dans les bois

Nous poursuivons sur les sentiers, en s’amusant à reconnaître le troène, l’arbousier, le robinier… « Tiens, un chêne vert. » « T’es sûre ? On dirait du houx. » « Oui, ça se ressemble, mais le dessous des feuilles est plus clair.

La gestion forestiere

J’entends au loin des crissements, des craquements de bois. Progressivement, nous devinons une imposante machine, au cœur de la forêt. Adieu le mythe des gentils bûcherons barbus, sifflotant, leur hache à la main ! Guillaume nous explique que le bois de la forêt des Pays de Monts est de moindre qualité. S’il se marie très bien avec votre poêle à bois, en revanche il n’est pas le roi de l’ameublement… L’exploitation manuelle n’est donc plus possible, par souci de rentabilité. Alors, c’est une super-machine truffée d’électronique qui coupe, calcule la longueur, le poids, la rectitude du bois, l’ébranche.

Si ces coupes sont un peu traumatisantes pour nos yeux, Guillaume nous confirme qu’elles le sont aussi pour la végétation. Mais elles sont indispensables pour garantir la régénération du massif et sa pérennité. La gestion forestière ne s’observe pas à un instant T. C’est un travail de long terme. D’ailleurs, la forêt française ne cesse de s’étendre depuis la fin du Moyen-Age. Preuve qu’elle est entre de bonnes mains… Cela transpire dans les propos de Guillaume, que l’on sent passionné par son métier de forestier.

Nous sortons progressivement de la zone boisée. Nous nous arrêtons face une mare, micro-zone humide en contraste avec la sécheresse de la forêt, puis nous arrivons sur la dune. En quelques dizaines de mètres seulement, le paysage se métamorphose ! La hauteur laisse place à de la végétation rase, organisée en bande parallèles.

Puis, l’océan à perte de vue. L’horizon pour seule limite…

Allez, c’est à votre tour, Guillaume vous attend. Une rencontre qui vous fera voir la forêt d’un nouvel œil… Bonne balade !

forêt

Contactez-nous

Si vous désirez des informations complémentaires sur le Pays de Saint Jean de Monts, écrivez-nous

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

plageplage chateau